Homo Delirium

Suivre le projet

Tout ce que je n'ai jamais écrit

Arts & Culture , Edition & Journalisme

Dijon, Bourgogne-Franche-Comté, France

Projet porté par

Catfish Tomei

Niveau 9

Envoyer un
message
Accomplir une mission

Chaque geste compte : répondez directement aux besoins du porteur de projet.

0 € Objectif de
financement futur

Non financé

3/0
Boost total
récolté
boost-icon

Donner du boost

0 /5

En donnant du boost, vous soutiendrez le projet !

Comment obtenir plus de boost ?

Dans le monde réel, je n'ai réellement pas le temps d'écrire.
Je ne peux qu'imaginer que je le fais, textes après textes toujours commencés, jamais aboutis, évaporés à chaque réveil.
Ici est ce lieu inexistant où défilent les textes que je n'ai jamais pu commettre.
Ajouter une actualité
postée le 04/04/2018

Fichier 0

Il faut s’imaginer nu, sur une page blanche où il fait un froid, comme le matin sous le pied des amants. Il faut se laisser couler au fond de cet océan, se confondre avec sa blancheur et s’enfoncer dans son voile laiteux, pour ne plus exister. La page blanche c’est oublier les traits, la couleur, la réalité et tout ce qui concomite à la concoction de son succès. La page blanche c’est oublier l’inexistant et ses lois physiques perturbatrices. La page blanche c’est oublier la sensation de nos chevilles et de nos fesses posés sur un quelque chose qui nous retient. La Page blanche. C’est ouvrir le regard sur le néant à l’état pur et n’avoir plus d’yeux que pour cela. 

C’est ainsi que commence la vie car c’est seulement, et alors seulement, que viennent les mots, et parait-il, nous n’en sommes que les messagers. Car ils se glissent timidement et subtilement au fond de la voix, juste avant que ne naissent les pensées. Et s’invoquant d’eux-mêmes, en avatars et en chimères que nos esprits croient inventer, ils inondent le néant, couche après couche, et retapissent le paysage, furieux peintres sans pinceaux.

Je suis né parmi les humains. Mais j’ai grandi dans un jardin, parmi d’autres semblables. Les lettres y poussent au bout des tiges, entre les feuilles envirgulées sur les arbres à larges consonances. Les pétales tombent des phrases fanées, pour engraisser les feuilles vierges, et leur faire porter l’idée à fleur de papier, dans les nouvelles pages disséminées par des pollens en confettis d’encres subtiles. La limite et le vraisemblable sont une chose étrange que les mots ne comprennent pas, et je les vois se balader dans quelque chose qui ressemble à l’infini, de l’infini, de l’infini, de l’infini ; de l’infini, etcétéra et ainsi de suite. De ligne en ligne, je les ai vus faire, quand ils deviennent les architectes des choses et des rêves. Les aveugles, eux qui écoutent, sentent et savent cela mieux que quiconque : le temps dévore et recrache les mots, et c’est ainsi qu’avance l’univers dans la pensée humaine, en gravissant les amas de phrases mâchées et remâchées par l’éternel retour des choses. 

Alors, avec des bâtons rompus aux longues promenades, j’ai écarté les orties pour sauter dans leur rivière avec des bottes qui me montaient jusqu’aux cuisses. Et les mots m’ont fait être baron de bonne chère, courtisane des fins d’après-midi, marchand de balances qui se contre-façonnent, enfant de cirques et de prophéties de sable, prostituée des grandes messes de velours, apothicaire d’apaisements perdus, beau vieillard des montagnes, Don Juan ventripotent, chevalier des temps modernes, joueur de ping-pong à balles carrées, et tout ce qu’il est possible d’avoir été ou de ne pas avoir été dans le grand océan verbeux. La page blanche m’emmène toujours plus profondément en-dessous des racines, et plus loin que beaucoup de cimes. Avant la fin de l’enfance, j’ai vu les consonnes butiner les voyelles, leur faire l’amour entre les points et les virgules, et m’offrir de leurs caresses, une gelée royale dégoulinant page après page. Ce que les images ne montrent pas, les mots le dessinent. Ce que les sons ne peuvent pas, les mots le chantent. Ce que l’impossible n’invente pas, les mots l’imaginent. Tout ce qu’ils ont dit ne s’est pas avéré vrai, mais rien ne s’est réalisé que les mots n’aient conçu auparavant.

A chaque instant, les mots se couchent sur le papier, en couvrent la lumière, et créent les formes du monde par les jeux d’ombres qu’ils y jouent. C’est une pièce de théâtre, avec des milliers, des millions et des milliards d’acteurs, qui font sonner leur partition d’un bout à l’autre de leurs lettres, dans la fulgurance de vos lèvres qui s’ouvrent et se referment, en lisant même tout bas, et en souriant de rencontrer ces êtres. Juste un instant, sous le regard du lecteur, ils vivent leur moment de gloire, en s’enchaînant comme des notes de peinture sculptées aux détours et tournants des paragraphes, qui défilent dans une mélodie que les singes ont inventé juste avant de n’être plus singes. J’ai grandi avec les mots de mon jardin. Les mots, on se perd avec eux dans leur forêt, on en mange l’écorce et on en suce la sève. Ils nous libèrent des labyrinthes d’illusions dans lesquels ils nous enferment, tantôt doux enchantements, tantôt râpeux sortilèges. Et j’ai grandi avec ces singes, et j’ai été avec ces êtres, dans leur jungle profonde. Jusqu’à être de barbe munie et les quitter pour le monde. Jusqu’à quitter le monde, pour les retrouver

Il y a une page blanche et je marche, comme on avance sans horizon mais pas sans idée, en regardant mes propres pieds comme un pendule et un métronome. L’Empire du Mot ne se révèle qu’à la délicatesse du temps et un bon verre de vin aide à la patience. Les choses sont d’abord silencieuses, atones, amorphes. Puis elles se révèlent, sur la page, tout en douceur.

J'ai suivi les mots sans savoir qu'un jour je ne pourrais plus.

calendrier

Catfish n'a pas encore proposé d'événements en lien avec ce projet.

N'hésitez pas à lui suggérer l'idée.

Liste de missions Agissez pour aider le projet !Ajouter une mission

Missions automatiques MythMakers

Devenir un follower de ce projet (+ experience50)

Offrir son attention à ce projet vous permettra de connaître ses avancées, ses besoins et de pouvoir potentiellement y apporter votre aide et votre participation.

Donner du boost à ce projet (+ experience100)

Le boost, c'est l'énergie de MythMakers qui permet de créer des missions et lancer des campagnes. Partager votre boost avec un projet, c'est lui donner du pouvoir d'agir.

Devenir membre de l'équipe de ce projet (+ experience500)

Vous avez discuté avec le créateur du projet et vous avez envie de travailler ensemble ? Demandez-lui de vous intégrer à l'équipe et faites pleinement partie de l'aventure !

Missions du porteur de projet

Catfish n'a pas encore ajouté de missions spéciales à son projet.

Un conseil ou une idée pour améliorer le projet ? Rajoutez votre pierre à l'édifice ! (+ experience100)
Offrir son aide

Projet porté par

Catfish Tomei

Niveau 9

Envoyer un
message

Non financé

0 € Objectif de
financement futur
3/0
boost total
récolté
boost-icon

Donner du boost

0 /5

En donnant du boost, vous soutiendrez le projet !

Comment obtenir plus de boost ?

Accomplir une mission

Chaque geste compte : répondez directement aux besoins du porteur de projet.

Les contreparties

Il n'y a aucune contrepartie.

L'équipe du projet Gérer l'équipe

Ils soutiennent Voir tous

loader

Souhaitez vous retirer le graphique montrant les différents secteurs de dépenses et besoins de votre projet ?

En publiant votre projet, vous le rendez public.
Cela signifie que les utilisateurs Mythmakers peuvent le consulter, lui offrir des boosts, l'aider, contribuer au financement etc.

Êtes-vous sûr(e) de vouloir supprimer votre projet "Homo Delirium" ?

loader
loader
loader
loader
loader
loader
loader
loader
loader
loader
Êtes-vous sûr de vouloir quitter l'équipe du projet Homo Delirium ?

S'inscrire sur MythMakers

ligne

En acceptant nos Conditions Générales d'Utilisation :

- Vous acceptez que MythMakers utilise vos données déclaratives de profil pour vous mettre en relation avec d'autres makers.

- Vous acceptez que MythMakers utilise vos données déclaratives de profil pour vous mettre en relation avec des projets et des concours de projet

- Vous acceptez les CGU de MangoPay, sans quoi, vous ne pourrez pas utiliser les services de MythMakers.

Lire l'intégralité de nos CGU